Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour qu'ils volent à nouveau...

Publié le par tytothomas

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau-7831.1-copie-1.jpgGavage d'effraie des clochers - Tyto alba, merci Fanny pour la photo.

 

C'est la première fois que je mets ce genre de photos sur ce blog, toutes les photos de cet article sauf la dernière sont prises en captivité. 

Puisque chômage n'est pas synonyme d'inactivité (bien au contraire), je cours partout. Randos, bénévolats, colloques... J'ai eu l'occasion d'aller deux jours fin août faire du bénévolat à l'Hôpital pour la Faune Sauvage Garrigues-Cévennes, situé à Ganges (34).

C'est un des rares centres de soin basés sur une structure vétérinaire. Il est géré par l'association Goupil Connexion et a pour but de soigner et réhabiliter les animaux sauvages en détresse. Le nombre de pensionnaires est en augmentation permanente, passant de 80 animaux accueillis en 2008 à près de 1000 cette année (102 espèces).

 

Il n'est jamais évident de savoir quand il faut intervenir ou laisser faire la nature. C'est un éternel débat entre naturalistes, chacun a son avis sur la question.

J'ai déjà et à plusieurs reprises décidé de laisser faire la nature quand un prédateur se saisit d'une proie, c'est la nature, quand une libellule rate son envol et finit dans l'eau, c'est aussi la nature. Sauver des centaines de flamants roses coincés par la glace en plein hiver parce qu'ils n'ont pas eu l'instinct de migrer, c'est bon pour notre conscience, mais pas pour l'espèce, après tout, c'est la sélection naturelle. Les plus malins et les mieux adaptés survivent et se reproduisent par la suite et, quand leur survie est due à une particularité d'origine génétique, cette particularité sera transmise aux descendants, "améliorant" ainsi les chances de survie de l'espèce.

Par contre, quand le problème vient de l'Homme, c'est un devoir d'intervenir. On se souvient bien des catastrophes de l'Erica ou d'autres pétroliers ayant causé des marées noires. Ces événements sont responsables de milliers de morts chez de nombreuses espèces d'oiseaux, et nous en sommes directement la cause. C'est pour ça qu'il est important que ces structures soient présentes et restent en place, pour avoir du personnel compétent et des moyens matériels directement mobilisables en cas de problème. Pourtant, ces petites structures ne survivent bien souvent que grâce à la motivation de bénévoles et aux dons, et beaucoup d'entre elles ont déjà fermé ou connaissent des difficultés, comme l'association Hegalaldia, au pays Basque, à qui j'avais confié il y a quelques années une océanite culblanc.

 

Pour en revenir à cet hôpital, son but est d'accueillir tous les animaux en détresse, sans distinction de cause. Bien souvent la cause est un accident avec une voiture, un jeune tombé du nid dans un endroit où il y a trop de chats ou chiens errants, ou encore une intoxication ou un oiseau blessé pendant la chasse.

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7571.1

Alors autant vous le dire tout de suite, quand un oiseau aussi jeune que ce moineau domestique - Passer domesticus tombe du nid, il y a peu de chances de le sauver. Le mieux reste encore de le remettre dans son nid pour que ses parents s'en occupent, sinon, c'est de la sélection naturelle...

La solution est la même pour tous les cas, veillez toujours à vous assurer que l'animal que vous souhaitez secourir est bien en danger. Parfois, une jeune chouette fera son permier vol et se retrouvera au sol. Ses parents sont toujours là pour la nourrir, elle n'est pas abandonnée, même si elle semble abandonnée. L'idéal reste de mettre cette chouette sur une branche où elle sera à l'abri des prédateurs et où ses parents pourront continuer à la nourrir.

Si vous vous rendez compte que cela ne suffit pas, vous pouvez alors intervenir mais il est interdit de garder un animal sauvage en captivité, vous ne pouvez donc pas vous en occuper vous-même, vous pouvez alors contacter un centre de soin de la faune sauvage qui prendra le relais.

La liste des centres que vous pouvez contacter, région par région, est disponible ICI.

  Pour-qu-ils-volent-a-nouveau-1609.1.jpg

Effraie des clochers - Tyto alba, suite à un choc, probablement avec une voiture... observée hier dans le Gers.

Celle-ci a eu de la chance, le traumatisme pourrait se résorber de lui même paraît-il, et elle est encore bien vive et vole sans problème. Elle pourra se nourrir en chassant à l'ouïe.

 

Alors, que faire si vous trouvez un oiseau blessé ou un jeune tombé du nid ?

Ci-dessous, les informations de la LPO.

Protégez-vous ! Faites bien attention aux serres des rapaces et aux coups de bec des échassiers. Utilisez des gants et soyez vigilant aux mouvements de votre tête et de celle de l’oiseau !

Capturez-le avec prudence, précautions et sans précipitation, à l’aide d’un tissu épais (serviette, vêtement…). Dans l’obscurité, l’oiseau se calmera. Maintenez-lui les ailes collées au corps et la tête cachée. Ne jamais bloquer ou fermer le bec d’un oiseau avec un élastique ou du ruban adhésif !

En savoir plus sur la manipulation...

Veillez à ne jamais l’exhiber : ce stress supplémentaire risquerait d’aggraver son état.

Ne lui donnez ni à manger ni à boire. Vous risqueriez de l’étouffer ou de lui donner une nourriture inadaptée.

Placez-le dans un carton : ne le mettez pas en cage, il risquerait de se blesser davantage. Isolez-le en attendant de le transférer vers une structure habilitée. Placez-le au calme dans une pièce tempérée.

 

Contactez ensuite un des centres dont je vous parlais ci-dessus.

Vous pouvez également disposer une petite bouillote dans le carton pour que l'oiseau ne se refroidisse pas. Pour cela, versez de l'eau bouillante dans une bouteille que vous prendrez soin d'envelopper dans un linge. L'oiseau pourra alors se blottir contre, sans se brûler.

 

Une fois au centre, pour en revenir à ces deux jours de bénévolat, un diagnostic sera fait de l'état de l'invidivu que vous rapporterez ainsi que des causes de son état. Malheureusement, il arrive que certains individus trop affaiblis meurent dans les premières 24 heures. D'autres, trop grièvement blessés ne pourront jamais retrouver une autonomie suffisante pour être relâchés. La législation française interdisant de garder en captivité un animal né à l'état sauvage et pour éviter des souffrances inutiles, il sera alors euthanasié.

Fort heureusement, la plupart seront soignés et retrouvent leur liberté.

 

Quand j'y suis allé fin août, il y avait énormément de jeunes oiseaux tombés du nid, comme ce  rollier d'Europe - Coracias garrulus que je suis obligé de gaver puisqu'il ne veut pas s'alimenter.

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7567.1

Pareil pour l'effraie que l'on voit sur la toute première photo, suite à un traumatisme elle ne voulait plus s'alimenter, on lui proposait alors quelques souris, la laissant libre de se nourrir elle-même, mais puisqu'elle ne mangeait rien, il fallait la gaver.

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7546

Chevêche d'Athéna - Athene noctua

Une fois qu'ils se portent mieux et qu'ils n'ont plus besoin de soins "intensifs", ils peuvent regagner un semblant de liberté. Ils rejoignent alors une volière. Chaque individu est "équipé" d'une petite bague qui permet de le différencier des autres. On peut ainsi le peser régulièrement et savoir s'il s'alimente bien ou non, s'il prend ou non du poids.

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7557.1Comme ces Petits-ducs scops - Otus scops. 88 individus ont été recueillis cette année !

Si tout se passe bien, ils pourront rejoindre de plus grandes volières, histoire de se remuscler un peu les ailes et d'être encore plus isolés de l'Homme, il ne faut jamais oublier que ce sont des oiseaux sauvages ! 
Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7598.1

Plusieurs volières sont ainsi à leur disposition, dans lesquelles les espèces sont séparées afin qu'il n'y ait pas de prédation entre elles bien évidemment. Si deux espèces s'ignorent, on peut en revanche les mettre dans la même volière.

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7575.1Ici, ce sont quelques chevêches d'Athéna - Athene noctua

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7610.1Des chouettes hulottes - Strix aluco

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7617.1

ou cette bondrée apivore - Pernis apivorus qui doit réapprendre à voler après une fracture de l'aile

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7646.1

Bon, il faut un peu la forcer, tout en la ménageant, mais jour après jour ça va mieux :-)

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7634.1

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7650.1

Buse variable - Buteo buteo / Chouette hulotte - Strix aluco

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7653.1

Hibou moyen-duc - Asio otus.

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7658.1Et encore des petits-ducs scops - Otus scops, dans une petite volière toute neuve .

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7667.1

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7673.1

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7687.1

Une macro de petit-duc, ça n'arrive pas tous les jours^^.

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7706.1

Encore quelques rolliers d'Europe - Coracias garrulus

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7705.1Et pour finir une buse variable - Buteo buteo, qui après de nombreux soins a pu retrouver sa liberté.

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7463.1

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7471.1

  (oui désolé, aile coupée, photo ratée...)

Pour-qu-ils-volent-a-nouveau 7479.1

Elle vole ! Et elle prend vite de la hauteur. Le relâché, c'est aussi l'occasion de sensibiliser. Un enfant qui tient un oiseau dans ses mains et qui lui rend sa liberté n'aura jamais plus le même regard sur les oiseaux .

Petite précision : l'effraie va beaucoup mieux, aux dernières nouvelles elle était sur le point d'être relâchée .

 

Si vous voulez les aider, ou si vous trouvez des oiseaux blessés en Languedoc Roussillon, l'adresse c'est :

 

Association Goupil Connexion - Hôpital Faune Sauvage, 1 Lou Cantou, 34190 Brissac.

Et pour les contacter : hopitalfaunesauvagelr@sfr.fr

 

Merci beaucoup à Fanny et Marie-Pierre pour l'accueil, la visite et le partage des connaissances !

 

Allez je file, toujours plein d'articles en perspective. Pour le Népal finalement c'est reporté, je ne sais pas pour combien de temps, je partirai peut-être dans quelques semaines, ou plus tard, j'ai toute la vie pour y aller après tout. Un événement vraiment important m'a fait tout annuler comme le sous-entendait l'article précédent. En attendant, balades dans le Gers, randos dans les Pyrénées et la semaine prochaine le colloque de la Société Française d'Etude et Protection des Mammifères à Toulouse, si vous voulez me voir je tiendrai assez souvent le stand de Nature Midi Pyrénées .

 

à bientôt !

Commenter cet article

Olivier 02/11/2013 17:37

Magnifiques photos. J'ai fais du bénévolat dans un centre de soins et c'est vraiment une expérience magique et enrichissante :)