Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"En hiver, j'aide les oiseaux"

Publié le par tytothomas

1.jpg

Pinson des arbres ♂ - Fringilla coelebs

à Mirande (32), se nourrit seul, pas à la mangeoire, le week-end dernier...

 

Petit article sur une réflexion sur le nourrissage.

L'hiver, la mauvaise saison. Il fait froid, les oiseaux n'ont plus rien à manger, on veut les aider mais que faire ?

Facile, une mangeoire avec quelques graines de tournesol, quelques boules de graisse, une coupelle d'eau et hop, le tour est joué ! Tout ce petit monde est sauvé et en plus on est émerveillé pendant des heures devant ce magnifique spectacle ; au point d'en oublier le but.

Nourrir pour aider ou nourrir pour nourrir ? Qu'est-ce que l'on cherche ? à "domestiquer" des oiseaux sauvages sans les emprisonner ? à avoir des animaux de compagnie ? des sujets pour la photo ?

3.jpg

Mésange charbonnière - Parus major

Mirande, 01/2012

 

Il est évident qu'on nourrit tous pour notre plaisir, quelle joie de voir des Chardonnerets élégants, Mésanges bleues, charbonnières, noires, nonnettes, à longue queue, des Verdiers d'Europe, Sittelles torchepots, Tarins des aulnes, Rougegorges familiers, Grosbecs casse-noyaux mais aussi des rongeurs comme l'Ecureuil roux, quelques souris, mulots et bien d'autres espèces. Quel plaisir d'être ignoré par les oiseaux, de faire corps avec la nature.

 

Alors on ouvre les fenêtres, on sort l'appareil photo et on attend qu'un oiseau vienne là, tout près, parfois à un mètre ou deux, parfois même moins. Souvenirs d'affûts où les oiseaux frôlent mes mains. On n'attend jamais vraiment, ils arrivent par bandes, par vagues successives. A la moindre alerte, ou fausse alerte, tout le monde repart aussi vite qu'il est venu mais ils ne sont jamais bien loin.

On observe des espèces rares ou trop souvent discrètes ou furtives, des Pinsons du nord, Pics épeiches, Éperviers d'Europe...2.jpg

Rougegorge familier - Erithacus rubecula

Irlande 2008

 

On s'improvise alors éthologue, à noter les comportements. Le chef, c'est lui, le Rougegorge familier, il fait la loi, il est incontesté, personne n'ose lui faire face. C'est aussi lui qui sonne l'alerte en cas d'arrivée d'un prédateur. Il y a ensuite la Sittelle torchepot qui fait ses va-et-viens, les Verdiers d'Europe toujours en train de se battre, les Chardonnerets élégants plus timides que les Tarins des aulnes...

4.jpg

Mésange bleue - Cyanistes (Parus) caeruleus

Mirande - 01/2012

 

On observe aussi leur comportement avec nous, on fait des petits tests. Tiens, si tous les jours je sifflais de la même façon en remplissant la mangeoire, ils me reconnaîtraient ? Ah oui, la mésange bleue reste maintenant sur sa branche si je passe juste en dessous en m'annonçant de cette façon, elle vient même se poser sur le plateau de tournesols quand mon père le tient pour aller mettre à manger. On est même persuadé qu'ils réclament, une mésange bleue a pris l'habitude de venir nous voir, crier, se poser sur la mangeoire et battre des ailes comme une jeune qui demande à manger à ses parents. A chaque fois qu'elle le faisait la mangeoire s'avérait.. vide ! On a chacun observé plusieurs fois ce comportement avant d'oser émettre l'hypothèse et se rendre compte qu'on avait fait la même.

 

ça nous plaît c'est certain, mais est-ce que c'est bien ? On aide ou on profite ? Est-ce utile de nourrir quand il ne gèle pas ? Certainement pas puisqu'elle doit être capable de vivre sans nous, de trouver seule sa nourriture, de jouer son rôle dans la nature. Si on va plus loin, la mésange bleue par exemple n'est en rien une espèce menacée (+6% depuis 1989, +14% depuis 2001 selon Vigie-nature), est-ce bien de l'assister comme on le fait ou au contraire va-t-elle augmenter et concurrencer des espèces en régression ? Chez moi elle niche dans des trous d'arbres dans le jardin, j'ai quand même un nichoir mais dans la mesure où elle peut nicher naturellement, où son vrai habitat est encore là, je me demande si c'est bien. Je n'ai pas la réponse, ce n'est qu'un exemple, mais la question mérite d'être posée. Le Moineau domestique quant-à-lui, que l'on croit banal, que certains chassent de la mangeoire pour laisser à manger à d'autres oiseaux, est en déclin partout en Europe (-22% en France depuis 1989 toujours d'après Vigie-nature). Faut-il aider tous les oiseaux ou seulement ceux qui pâtissent le plus de notre impact ?

 

5.jpg

Moineau domestique - Passer domesticus

Mirande (32), 01/2012

 

Cette année je fais attention, depuis 3 semaines il gèle, depuis 3 semaines l'hiver est là, je n'ai donc pas nourri les oiseaux depuis novembre mais depuis 3 semaines seulement. Tant pis pour les photos, pas de belles mangeoires avec un beau décors tout l'hiver, tant pis pour le plaisir...ce n'est peut-être pas si bon d'apprivoiser des oiseaux sauvages, juste un petit coup de pouce quand il fait trop froid.

Je ne dis pas qu'il ne faut pas les aider, là par exemple c'est le moment de les aider, mais il ne faut pas en abuser.

 

Si quelqu'un connaît des références scientifiques pour répondre à ces questions, c'est avec grand plaisir.

 

Petit rappel, ne donnez pas de pain aux oiseaux, la mie gonflera dans leur ventre et entraînera parfois la mort de l'oiseau...

 

à bientôt !

Commenter cet article

did 07/02/2012 07:10

Superbe le documentaire la France sauvage
Merci pour le lien

did 05/02/2012 10:59

Sais tu si le pinson des arbres et le pinsons du Nord sont ou pas des espèces menacées ?

tytothomas 05/02/2012 22:22



Désolé je suis super occupé pendant au moins la semaine je ferai des recherches plus tard, juste vite fait en attendant le pinson des arbres : http://vigienature.mnhn.fr/page/pinson-des-arbres