Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compagnonnage

Publié le par tytothomas

1.jpg

Barbastelle commune - Barbastella barbastellus

Compagnon chiroptérologue ça n'existe pas, mais l'idée du tour de France des spécialistes pour se former me plaît. Après les captures du marais poitevin la semaine dernière, cette semaine je suis en Mayenne pour le travail, c'est donc avec David Sarrey, de Mayenne Nature Environnement que j'ai eu la chance de participer à une session de capture de chiroptères. Encore une fois comme toutes les espèces de chauves-souris sont protégées, il a été nécessaire d'obtenir des autorisations et cette capture a été réalisée dans un cadre très particulier, pour un inventaire sur les bords de la Mayenne. La semaine prochaine je rejoindrai à nouveau et avec plaisir les chiroptérologues de Midi-Pyrénées.

 

Lors de cette soirée, nous avons capturé 2 Murins de Daubenton et 2 Barbastelles communes, l'occasion donc pour moi de vous parler de la Barbastelle et de la co-évolution.

2.jpg

Cette espèce est sûrement l'une des chauves-souris les plus incroyables car elle a développé un mimétisme rare, le mimétisme acoustique.

C'est l'espèce de chauve-souris française la plus spécialisée. Elle s'attaque entre 99 et 100% à des papillons tympanés.

 

Imaginez l'ancêtre de cette chauve-souris, s'attaquant aux papillons. Elle chasse la nuit, à l'aide de son sonar.

Pour voir, notre cerveau analyse la lumière renvoyée par les objets, pour les sonars le principe est un peu le même, la chauve-souris envoie donc des ondes acoustiques qui rebondissent sur les papillons et lui reviennent dans ses grandes oreilles. Elle se fait donc ainsi une image de son environnement. Ces ondes, si elles étaient émises par plusieurs chauves-souris au même endroit créeraient un brouhaha, elles émettent donc des ondes à différentes fréquences et chaque espèce a une fréquence qui lui est propre (avec tout de même des fréquences communes à plusieurs espèces).

Lorsqu'elle se trouve au milieu d'un grand espace, elle n'a pas besoin de se fatiguer à envoyer beaucoup de signaux, ses signaux sont donc plus écartés. En revanche lorsqu'elle se trouve en forêt, elle doit envoyer beaucoup de signaux pour  recevoir plus d'informations sur son environnement et repérer les multiples obstacles.

 

C'est pareil pour la chasse, la chauve-souris émet peu de signaux lorsqu'elle se déplace sans repérer de proie et accélére ses émissions quand elle en a repéré une. Elle cherche de plus en plus d'informations pour repérer le type de proie, sa taille, sa vitesse, sa direction, elle émet donc de plus en plus de signaux comme on peut le voir sur cet enregistrement de Pipistrelle commune - Pipistrellus pipistrellus en chasse que j'ai fait en Charente.

pip-comm.jpg

L'ancêtre de la Barbastelle émettait donc des signaux sonar à une fréquence particulière et les papillons qui ne s'en rendaient pas compte se faisaient dévorer. En revanche, les papillons qui sentaient venir l'attaque avaient le temps de l'esquiver et survivaient à l'attaque. Ils se reproduisaient ensuite et la particularité qui leur avait permis de survivre était transmise à la descendance qui avait ainsi plus de chances de survivre que les individus n'ayant pas cette particularité. C'est le principe de la sélection naturelle.

Cette sélection a donc fait apparaître ces papillons tympanés. Ces papillons entendent les ondes émises par les chauves-souris. Ils volent paisiblement quand ils entendent des signaux espacés et quand les signaux accélèrent, ils comprennent qu'il s'agit d'une attaque et ont le réflexe de se laisser tomber. La chauve-souris les rate alors.

Face à cette adaptation, nos Barbastelles ne peuvent plus se nourrir efficacement. Elles vont donc elles aussi subir une sélection. Celles qui arrivent à attraper des papillons malgré leur adaptation vont survivre et se reproduire, celles qui n'y arrivent pas vont mourir de faim.

3.jpg

Et nous revenons donc à nos Barbastelles actuelles et leur extraordinaire adaptation. Lorsqu'elles chassent, elles émettent leurs signaux à 2 fréquences différentes, en alternance. Ces signaux sont émis aux fréquences des pipistrelles, présentes dans tous les milieux et qui ne s'attaquent pas spécifiquement aux papillons. Le papillon, entendant ces sons alternés, pense alors avoir à côté de lui 2 pipistrelles à des distances différentes, les ignorant comme un bruit de fond. Lors de l'approche de la Barbastelle, cette dernière augmente la fréquence de ses signaux, mais le papillon dupé pense toujours à 2 chauves-souris en croisière et n'a pas le réflexe de se laisser tomber. La Barbastelle arrive donc à s'en saisir.

La proie a donc évolué pour éviter son prédateur et poussé le prédateur à évoluer pour être en mesure de capturer sa proie. C'est la théorie de la Reine rouge, la course à l'armement, inspirée de l'histoire d'Alice au pays des merveilles.

"Mais Reine Rouge, nous courons vite et le paysage autour de nous ne change pas ?" La Reine Rouge répond : "Nous courons pour rester à la même place".

La proie (Alice) et le prédateur (la Reine Rouge) courrent à la même vitesse, courrent sans cesse. La Reine Rouge ne rattrape jamais Alice, sauf si Alice s'arrête, et Alice ne distance jamais la Reine, sauf si la Reine s'arrête. La proie évolue ainsi sans cesse pour se protéger du prédateur et le prédateur court à la même vitesse pour trouver de nouvelles armes pour lutter contre les défenses des proies.

 

La nature à nos portes n'a pas fini de nous étonner et de nous émerveiller. Et j'espère qu'avec ce blog vous voyez bien que partout où je passe, partout en France, il y a de quoi s'émerveiller. Partout autour de vous, et non à l'autre bout du monde. ça n'empêche pas bien évidemment d'aller à l'autre bout du monde, mais ça impose de protéger la nature aussi près de nous.

Pour finir voici une capture involontaire dans nos filets, le Sphinx du tilleul - Mimas tiliae : 

4.jpg

et une rencontre sur la route du retour, la chouette hulotte - Strix aluco :

d.jpg

à bientôt !

Commenter cet article

did 13/07/2012 07:10

merci pour ce petit reportage et ces explications très enrichissantes