Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alsace suite et fin

Publié le par tytothomas

Après la nature ordinaire du dernier article, la nature extraordinaire !

L'Alsace réserve décidément bien des surprise et contient de véritables merveilles, de quoi tomber encore plus amoureux de notre beau pays, magnifique aux quatre coins !

Commençons au début, par le moins rare pour finir en beauté, si je vous dis Alsace et nature vous me répondez ?

La cigogne blanche (Ciconia ciconia) bien sur !

La voici donc :24

1

31

(au passage si ça intéresse quelqu'un bague A7113)

25

Ici aussi c'est la période des parades, on les entend claquer du bec partout !

27

Et contrairement à celles qu'on a l'habitude de voir, elles ne font pas leur nid sur des plateformes aménagées pour elles mais de façon parfaitement naturelles sur des chandelles de peupliers (arbres cassés).

6

Je suis à ce moment là dans la Réserve Naturelle du delta de la Sauer, là où elle se jette dans le Rhin et où j'ai fait un très rapide passage après une prospection. Une impression étrange de déjà vu, des paysages remarquables, magnifiques, incroyables qui me rappellent vraiment un autre endroit magique, le delta du Danube. C'est vraiment ce delta en miniature, mais chez nous, il ne manque que la loutre et le pyguargue à queue blanche, que j'aurais bien vu nicher à la place de cette cigogne...

5

De magnifiques petits cours d'eau bordés de roselières, de saules et de peupliers.

7

8

12

Et vous me connaissez, pour que ça me plaise il faut aussi... du bois mort, preuve que le site est bien géré. On retrouve de superbes chandelles mortes couvertes de trous de pics.

13

9

Là aussi la main de l'Homme est passée, bien visible mais bénéfique. Partout des saules têtards, taillés tous les 9 ans. Leur formation est simple, tous les 9 ans, on coupe toutes les branches. Les plus fines servaient à la vannerie, les moyennes pour le feu, les plus grosses parfois pour faire des sabots.

11

17

L'arbre grossit donc, forme une boule qui éclate et de nouvelles branches fines repoussent toujours. Dans cette boule vivent quantité d'animaux, des insectes, des chauves-souris, des chouettes, les chats forestiers...

Ils grossissent ainsi d'années en années, de décennies en décennies, de siècles en siècles. Témoignages du passé, ces arbres remarquables sont présents partout sur ce site, comme celui-ci, vieux de tout évidence de plusieurs siècles.

20

Entre ces zones boisées, de grandes prairies pâturées par des chevaux domestiques. Un jour peut-être les tarpans et bisons y retrouveront la place qu'ils y occupaient pendant des millions d'années.

16

On y retrouve évidemment des espèces plus "classiques" comme ce chevreuil européen (Capreolus capreolus)

18

19

Le pauvre commence mal l'année avec un bois cassé.

3

Et puis toujours ces paysages d'eau et de saules têtards.

4

2

21

Vous vous doutez bien qu'on y retrouve de nombreux oiseaux. Partout des cygnes tuberculés, mais aussi des ouettes d'Egypte - Alopochen aegyptiaca, une espèce introduite malheureusement.

14

15

Toujours sur les introduites, voici la bernache du Canada - Branta canadensis.

33

32

35

Bon et je sais que c'est on ne peut plus commun, mais ce pigeon bizet domestique - Columba livia domesticus a bien voulu prendre la pose alors je le mets quand même !

34

Puis un cri familier, des silhouettes qui se détachent, un vol de grues cendrées - Grus grus, probablement en route pour le nord, s'arrête pour passer la nuit.

22

23

Je retourne quelques kilomètres au sud où je travaille et où j'observe des lézards vivipares - Zooteca vivipara, ici une femelle (on voit la trace de la morsure du mâle au dessus de la queue lors de l'accouplement).

36

37

Comme son nom l'indique elle ne pond pas d'oeufs comme les autres lézards mais elle met au monde des petits déjà formés. On reconnaît notamment cette espèce à sa petite tête et sa queue très trapue.

39

40

Autre espèce de lézard, que je rencontre pour la première fois, le lézard des souches (ou lézard agile) - Lacerta agilis.

Ici un juvénile :

41

On le reconnait à ses ocelles sur le côté ainsi qu'à sa forme trapue.

42

Passons ensuite aux amphibiens, les mares forestières regorgent de grenouilles et de tritons, pas palmés ici mais ponctués - Lissotriton vulgaris. Encore une espèce que je n'avais jamais vue !

28

29

Il se cache très vite sous les feuilles au fond de la mare.

30

Et puis, pour finir ce séjour en beauté et me rappeler encore un peu plus la Roumanie, une espèce d'amphibien que je n'avais pas vu depuis mon voyage dans les Carpates. Il est très rare en France, on ne le trouve que dans quelques mares d'Alsace et en Corse, c'est le superbe Crapaud vert - Bufo viridis. Cette population du nord-est de la France est classée "En danger" par l'UICN.

45

46

44

49

43

50

Et voilà ! et encore je suis loin d'avoir tout vu, peut-être pour une autre fois le Triton alpestre et le très célébre Grand hamster ! Retour à La Rochelle pour le week-end avant de repartir aussi vite pour 3 semaines en Mayenne !

 

à bientôt !

Commenter cet article

Myrmecofourmis.fr 08/07/2016 16:24

Bonjour,

je viens d'apprendre grace à votre article illustré de très belles photos naturalistes que le crapaud vert était présent en Alsace. J'y vais de temps en temps, pourriez-vous m'indiquer par mail cet zone magnifique où vous êtes allés observer ces magnifiques saules et ces amphibiens?

bien cordialement,

tytothomas 09/07/2016 19:55

Bonjour,
Désolé mais on m'y avait conduit et depuis le temps, je ne me souviens plus...
Cordialement,

Nemorivagus 30/03/2012 21:37

Quelle belle promenade pleine de découvertes ! Merci

tytothomas 31/03/2012 00:10



Merci



did-photo 30/03/2012 07:13

Superbe reportage merci pour le partage